Marie-Laure Will, Bien-être et être Soi.

Les évidences de la Vie ne sont pas celles des Hommes. Et le sens des choses qu’Elle nous propose ne s’explique pas systématiquement. La rencontre avec Marie-Laure ne se qualifie pas de hasardeuse, elle est le fruit de la quête continue des role model guyanais et lorsqu’on croise son chemin, on ne peut en sortir indifférent.
Un peu de contexte: Marie-Laure Will, créatrice de la Transformation Accélérée©, une méthode qui vous amène en douceur à libérer le meilleur de vous-même, anime de nombreux séminaires et conférences. Elle a notamment créé et anime avec un groupe d’intervenantes les rencontres Puissance de Femme©, visant à reconnecter les femmes entre elles et avec leur pouvoir féminin. Son parcours est marqué par cette volonté d’émettre toute la positivité qu’elle a reçue et la lumière qui l’entoure. Elle a ainsi animé le séminaire « Le Bonheur d’être soi » à Cayenne les 25 et 26 juin dernier dont la prochaine édition aura lieu les 29 et 30 octobre.
C’est tout en simplicité qu’elle partage ici son expérience de vie, de femme et de guyanaise, avec bienveillance. Marie-Laure, femme solaire, femme rayonnante, femme ancrée fermement dans ses racines, partage car c’est ce qu’elle fait de plus beau.
SHOUT OUTS : Marie-Laure, pouvez-vous nous raconter en quelques mots le chemin qui vous a amené à exercer votre activité ?
Marie-Laure: J’ai effectué des études d’expertise comptable et ai exercé ce métier puis j’ai occupé des fonctions de direction générale dans des groupes américains.
Cela faisait un moment que j’avais envie de développer la partie management du personnel qui m’attirait et me plaisait beaucoup, et lorsque j’ai été licenciée suite à une restructuration, j’ai saisi l’occasion pour me former en psychologie et coaching afin de donner une nouvelle orientation à mon parcours. Jamais je n’aurais pensé que ça m’aurait passionné à ce point !

En parallèle, j’avais entamé une démarche d’introspection intense, via la psychothérapie, le chamanisme, la méditation, pour comprendre comment je fonctionnais afin de mieux comprendre la vie et le fonctionnement du monde. Je me suis aperçue ainsi, et aussi aux dires des autres, que j’avais un véritable talent de transformation, pas seulement pour les transformations d’entreprises mais aussi pour les personnes. En résumé, se libérer des freins et résistances et accéder à son plein potentiel pour se réaliser. Cela a été une grande révélation et en même temps, c’était comme si je l’avais toujours su, et que c’était là la voie de mon âme.

SHOUT OUTS : Comment pensez-vous que grandir en Guyane a aidé ou non à la réalisation de vos projets ?
Marie-Laure: Grandir en Guyane m’a énormément enrichie. Il y a tant de choses dont je me sens nourrie et qui m’ont portée dans mon parcours ; notamment la multiculturalité guyanaise. Il m’a toujours été très facile, en Europe comme aux États-Unis ou en Chine, de m’adapter à la culture du pays. C’était un grand atout par rapport aux autres collègues. J’avais comme une sorte d’assurance en moi car je comprenais les codes, valeurs, et langages du pays. Ce que je retiens surtout, c’est que chaque culture a besoin d’être respectée. Si on la respecte alors nous pouvons communiquer et nous faire accepter partout. C’est un passeport pour la vie, le respect et la gentillesse.
Il y a aussi cette qualité de vie en Guyane, grandir en plein air, dans un climat chaud et tropical c’est fabuleux, c’est un grand cadeau de la vie. Vous vous imaginez, ceux qui ont grandi dans le froid, avec -4° avec le bonnet, les gants … Nous c’est plutôt plage et piscine ou rivière. Il existe ici une forme d’insouciance et de liberté que je n’ai rencontrée nulle part ailleurs. Vraiment accueillons la Guyane, elle est d’une richesse extraordinaire et elle a encore beaucoup de choses à nous enseigner de la vie.
SHOUT OUTS : Dans votre description, vous évoquez vos multiples origines. Quelle est leur place dans votre quotidien ?
Marie-Laure: En effet je suis issue de plusieurs origines : créole, chinoise, française… Elles sont dans mes cellules, comme mes ancêtres sont là aussi avec moi et me soutiennent dans ce que j’entreprends dans ma vie. Je crois en la force de la lignée, je crois au mouvement de vie qui est plus fort que tout. Toutes ces cultures sont moi, et je suis en elles.

Elles m’offrent une facilité d’adaptation au quotidien et de relativisation par rapport aux situations. Je prends la meilleure partie de chaque culture qui coule en moi. Par exemple en Guyane, si une personne vit un passage difficile dans sa vie, elle aura toujours une humilité et un sourire qui vont rayonner de son visage. On dirait une fleur fraîche en permanence renouvelée. C’est un moment que je vais capter. J’ai beaucoup de joie à ressentir sa grâce. Il y a une générosité naturelle, spontanée, qui m’enseigne énormément.
J’ai décidé il y a quelques années de prendre au sérieux la qualité de bonheur que je mettais dans ma vie car j’avais envie d’honorer mes ancêtres, ceux qui ont contribué à me mettre au monde. Quoi qu’ils aient été, il y a forcément une partie d’eux qui m’a été bénéfique, et je me polarise sur celle-là pour la faire grandir en moi, plutôt que de me focaliser sur des chose qui ne vont pas me faire du bien.
Le niveau d’énergie que l’on a est extrêmement important ; plus l’on maintient un niveau d’énergie élevé, rayonnant, solaire, plus nous devenons bénéfiques pour notre entourage, la société en générale. Un jour vous vous rendez compte que sans faire d’effort, la vie vous renvoie cette bonté au centuple par des cadeaux. Tout devient possible…
C’est pour cela que j’ai créé des séminaires pour partager ma connaissance de la vie.
SHOUT OUTS : Comment percevez-vous la jeunesse guyanaise et particulièrement la jeunesse féminine ?
Marie-Laure: J’ai l’impression qu’elle a du mal à se faire entendre, et plus particulièrement à se faire comprendre. Le monde évolue très vite avec les nouvelles technologies, et la jeunesse guyanaise est « branchée » sur des réseaux de systèmes d’information qui ne sont pas les nôtres.
Elle a une façon de penser et de voir le monde qui est différente. J’ai la sensation que si nous nous mettons vraiment à l’écoute de cette jeunesse, nous aurons beaucoup à apprendre d’eux, car elle est d’une grande intelligence et d’une grande justesse.
Souvent je suis impressionnée par la pertinence des arguments et leur alignement. Je crois qu’il serait bon de les écouter et de co-construire avec eux les projets en Guyane, plutôt que de chercher à leur proposer des choses qui correspondent à notre désir à nous.
La jeunesse féminine, quant à elle, aura je pense un avenir tout autre de ce que les femmes ont connu jusqu’à maintenant. Elle est selon moi sur le chemin de la ré-appropriation de son féminin sacré. C’est à dire être plus à l’écoute d’elle-même en tant que femme, davantage se respecter et poser ses limites, exprimer ses ressentis et dire ce qui est là, pour elle, dans ses sensations. C’est une jeunesse féminine qui va gagner en affirmation d’elle et en sagesse.
SHOUT OUTS : Si vous aviez un rêve fou, quel serait-il ?
Marie-Laure: Ah, si j’avais un rêve fou ce serait de permettre à cette jeunesse guyanaise de déployer ses ailes, de monter en puissance, de manifester ses talents et ses capacités, afin de contribuer à construire un monde meilleur dans l’ouverture du cœur et le lien d’être à être.
Marie-Laure anime différents ateliers détaillés sur son site www.marielaurewill.com/fr/ que vous pouvez retrouver également sur les réseaux sociaux.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s